Taille du texteAugmenter la taille du texteRevenir à la taille du texte par défautRéduire la taille du texte
Vous êtes ici : Accueil » Culture, Sports et Loisirs » 75ème anniversaire du Débarquement » Courseulles Canadian Rhapsody

Courseulles Canadian Rhapsody

UN SPECTACLE UNIQUE SON, LUMIÈRE ET PYROTECHNIE

 

Le 6 juin 1944, la plage de Courseulles fait partie du secteur Mike de Juno. La prise de Juno fut assignée à la 3e Division d’infanterie canadienne commandée par le major-général Rodney Keller. Le secteur Mike devant Graye-sur-Mer et Courseulles devait être contrôlé par la 7e brigade appuyée par le 6e régiment blindé canadien (First Hussars). C’est avec ce régiment que le tankiste Léo Gariépy débarque à Courseulles, à 8h dans les premières vagues d’assaut.

Au cours des combats, il tire sur la Kommandantur, le quartier général des communications du secteur. Ceux qui en sortent les bras levés furent le premier groupe de soldats allemands à être pris vivants dans Courseulles durant l’opération Overlord.

En 1967, Léo Gariépy quitte le Canada pour venir s’installer définitivement à Courseulles-sur-Mer. Fin 1970, il fait renflouer le Char Bold, coulé lors du Débarquement, pour l’ériger en monument commémoratif et rendre hommage aux soldats canadiens. Il décède en 1972. Devenu citoyen d’honneur de la ville, il repose au carré  militaire du cimetière municipal.

C’est son histoire que le soldat Léo Gariépy raconte lors du spectacle proposé le 8 juin. Projeté en 3D sur un écran d’eau de 30m de long et 10m de haut, il parle aux spectateurs, les yeux dans les yeux.

Extraits :

«  Je m’appelle Léo Gariépy. J’ai quitté mon pays, j’ai laissé ma famille. Mon Québec natal me manque tant.

Aujourd’hui, mon blindé attend sur une péniche de débarquement, secoués comme dans une coquille de noix en pleine tempête. Mon estomac tient le choc, cependant mes jambes tremblent. En fait, je crois que mon corps entier tremble, de peur, de froid et de faim. Reverrais-je un jour les miens ?

Depuis 5h du matin, les avions et les bateaux pilonnent les pages. L’acte 1 de l’assaut a commencé. Un déluge de feu et de bombes s’abat sur les côtes normandes. Dans une heure, ce sera notre tour de fouler le sol français. Notre tour de débarquer à Courseulles-sur-Mer. »

 

La projection de son visage sur le rideau d’eau donne une dimension humaine à la narration.

Durant son récit, entre témoignage et narration, deux écrans LED latéraux, de 15 m² chacun, diffusent des images, des vidéos d’archives historiques et des animations. L’histoire est amplifiée par des effets spéciaux, des jeux de lumières et des systèmes de torchères venant ponctuer les moments forts de l’histoire. Le spectacle est soutenu tout du long par une création sonore contenant la voix du conteur, des effets de bruitages et des musiques épiques. Un final pyrotechnique, véritable apothéose du spectacle, célèbre la liberté retrouvée.

Le projet, mené par la société Locatech situé dans la Manche, est intégralement réalisé par une équipe locale d’infographistes, animateurs 3D, monteurs vidéo, ingénieurs du son, lumière, pyrotechniciens et équipes techniques et logistiques.

Entre fiction et réalité, ce spectacle grandiose participe à la transmission du devoir de mémoire auprès d’un large public.

Au-delà de l’intérêt historique du récit, des émotions transmises, le spectacle véhicule un message porteur des valeurs de paix et de liberté pour ne jamais oublier, ne pas renouveler les erreurs du passé et témoigner de notre éternelle reconnaissance à nos libérateurs.

RENDEZ-VOUS A 23H AU PARC DE L’EDIT


IMG_1559

 

 

IMG_1558